Tunisie : Le secteur de l’eau nécessite d’instaurer une bonne gouvernance en associant tous les intervenants

Le secteur de l’eau nécessite une bonne gouvernance, à travers la participation de tous les intervenants dans le domaine, a déclaré, lundi, le secrétaire d’Etat chargé des ressources hydrauliques et de la pêche Abdallah Rabhi.

Prenant part à l’ouverture, à Hammamet, du 1er colloque sur la ” gouvernance et le développement durable “, organisé par la Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux (SONEDE) avec le concours de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), il a indiqué que les 2/3 du budget du ministère de l’agriculture, ont été consacrés, au cours de 2016,
au dit secteur, faisant remarquer le lancement d’un programme de sensibilisation pour rationnaliser la consommation d’eau.

Rabhi a relevé que l’amélioration des services de la SONEDE dépend de la réponse aux exigences de la prochaine période qui se caractérise par une pression sur les équilibres hydrauliques, la limitation de l’offre, des changements climatiques et la hausse du coût, soulignant l’importance de rapprocher la décision des régions et de mettre en place des programmes de formation.

Le secrétaire général de l’UGTT Houcine Abassi a souligné que la réforme des entreprises publiques ne pourra être réalisée que dans un cadre participatif qui s’appuie sur la stabilité de ces entreprises, la garantie de leur pérennité et leur contribution au développement durable.

Il a souligné l’impératif d’identifier des solutions plausibles, en regroupant toutes les parties concernées pour préserver la durabilité des entreprises publiques, ajoutant que l’organisation ouvrière ne refuse pas le partenariat avec le secteur privé.

Le directeur d’exploitation de la SONEDE Abdessalem Saidi a avancé que le volume des dettes dues à la clientèle a atteint 338 millions de dinars, à la fin du mois de septembre 2016, considérant que le système d’avance sur la consommation d’eau appliqué aux administrations et entreprises publiques compte parmi les solutions possibles permettant de surmonter les difficultés.

Le président directeur général de la SONEDE Mohamed Dahech a précisé que les défis futurs de la société sont l’amélioration des services, l’approvisionnement des zones rurales en eau et la bonne gouvernance dans la gestion de l’entreprise, mettant en exergue l’importance de l’action participative et la contribution de toutes les parties afin de réaliser ces objectifs.

Print Friendly