CAN-2019 (8e) – Tunisie-Ghana : Les aigles de Carthage pour chasser le signe indien

La sélection tunisienne de football affrontera le Ghana, lundi à Ismaïlia, en huitième de finale de la coupe d’Afrique des nations (CAN-2019) organisée en Egypte, dans un match qui s’annonce très chaud et placé sous le signe de la revanche pour les Aigles de Carthage, toujours dominés par les Black Stars.

La Tunisie qui n’a jamais battu, par le passé, le Ghana (six défaites et un match nul), tentera en effet de chasser le signe indien en remportant une victoire qui propulserait les coéquipiers de Youssef Msakni en quarts de finale.

Mais cela passera d’abord par une prestation convaincante, contrairement au premier tour qui a vu le onze national arracher difficillement trois matches nuls de suite pour assurer une qualification poussive pour le second tour, laissant entrevoir plusieurs défaillances aussi bien en défense qu’en attaque.

Le staff technique national sera de nouveau sous les projecteurs, en attendant de voir quel schema tactique adopté et quelle formation alignée après les choix très critiqués du sélectionneur francais Alain Giresse, chose qui a mené la fédération tunisienne de football à limoger le préparateur mental David Marcel, comme si le problème va s’arrêter là. En revanche, tout le staff sans exception est concerné, et il aura toutes les cartes en main pour faire les bons choix.

Après ses trois dernières sorties peu réussies, Alain Giresse doit d’abord réctifier le tir, en choisissant la formation idéale et en assurant une bonne gestion de son effectif. Et d’après le peu d’informations obtenues sur la préparation du onze national, vu le black out total imposé aux journalistes présents à Ismaïlia, la formation titulaire ne devrait pas connaitre de grands changements avec une arrière-garde composée de Moez Hassan dans les bois, Wajdi Kechrida et Oussama Haddadi dans les couloirs, Yassine Meriah et Dylan Bronn dans l’axe de la défense et auxquels la mission est confiée pour s’opposer aux attaques ghanéennes conduites par les frères Ayew.

En milieu de terrain, tout laisse croire que le staff technique va compter sur trois pivots pour assurer la couverture et la récupération du ballon, et qui pourra être composé de Elyès Sekhiri, Ghaylène Chaalali, de retour de suspension, et Karim Aouadhi ou Ferjani Sassi, tandis qu’en attaque la mission semble être confiée à Youssef Msakni, Naim Sliti et Wahbi Khazi ou Taha Yassine Khenissi.

Loin de ces détails techniques, les aigles de Carthage sont appelés à se donner à fonds et à faire preuve de combativité et d’engagement afin de défendre leurs chances jusqu’au bout, quelque soit le résultat final.

Le Ghana sera sans doute un adversaire de poids lourds qui, outre son ascendant psychologique, il sera renforcé par une armada de joueurs de talents à l’instar de Thomas Partey (Atletico Madrid), même s’il ne pourra pas compter sur son attaquant Christian Atsu (Newcastel), blessé.

Le match dont le coup d’envoi sera donné à 20h00, sera dirigé par l’arbitre sud-africain Zakhele Sewela.