Farouk Bouasker : L’ISIE n’intervient pas dans la ligne éditoriale des médias

L’Instance électorale n’intervient pas dans la ligne éditoriale des médias et des journalistes, encore moins dans le contenu et les questions formulées par les médias et les journalistes. C’est ce qu’a affirmé le président de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), Farouk Bouasker, mercredi 18 janvier 2023.

Dans le cadre de l’exercice de sa mission, l’Instance électorale se contente seulement de surveiller la campagne électorale dans les médias, dans ses deux volets logistique et technique, et ce, conformément à la teneur de la décision 31, a-t-il expliqué en marge d’une réunion avec les candidats au second tour des prochaines législatives à Sfax.

A rappeler que le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), dans un communiqué publié mardi 17 courant, a accusé l’ISIE de vouloir “mettre la main” et “orienter à sa guise” la couverture médiatique des élections législatives du second tour, en s’ingérant directement dans les contenus médiatiques de la télévision publique tunisienne, lors des programmes-débats entre les candidats en lice pour le deuxième tour des législatives 2022.

Le président de l’ISIE a tenu à préciser que la mise à jour du plan de communication de l’Instance électorale vise à instaurer un “dialogue public” entre les candidats relevant de chaque circonscription devant les électeurs via les médias audiovisuels publics et privés. Objectif : permettre à l’électorat d’avoir une idée claire et globale sur les profils des candidats et leurs programmes.

Répondant à la question de certains partis politiques concernant la validité des résultats du premier tour des législatives en raison du faible taux de participation, Bouasker a tenu à préciser un point-clé: en tant que texte régissant les élections, la loi électorale s’est abstenue de fixer un seuil minimum de participation des électeurs pour l’annonce des résultats.

Dans pareille situation, le taux de participation officiellement déclaré serait bien celui qui sera considéré, de fait et de droit, dans l’élection de l’instance parlementaire.

PARTAGER