Tunisie : 1200 personnes impliquées dans des affaires de corruption

La lutte contre la corruption : bilan d’une année », tel est le thème d’une table ronde, organisée, mardi, à la maison de l’entreprise à l’initiative de l’Institut Arabe des Chefs d’Entreprises (IACE) en collaboration avec le Centre tunisien de Gouvernance d’Entreprises et le Réseau National de la Lutte Contre la Corruption.

Les participants à cette table ronde appelé à activer les structures chargées de la lutte contre la corruption en Tunisie, à accélérer le rythme de leur travail et de mieux coordonner leurs activités dans le cadre d’un système unique.

M. Abderrahman Ladgham, ministre de la Gouvernance et la Lutte contre la Corruption, a souligné, dans ce cadre, que son département œuvre, essentiellement, à lutter contre la corruption dans le domaine des appels d’offres publiques et pour le recouvrement des biens pillés à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

Cette rencontre vise l’établissement du bilan d’une année d’un travail mené par plusieurs organisations créées après la révolution, pour examiner les dossiers de la corruption à l’instar de la commission nationale d’investigation sur les faits de malversation et de corruption (CNIMC), la commission de confiscation et les institutions de contrôle œuvrant au sein des ministères et des entreprises.

Le bilan ne mentionne pas de nouvelles données sur les dossiers de corruption, à l’exception de ceux déjà diffusés par la CNIMC (près de 11 mille dossiers dont 6 mille ont été examinés et 400 transférés à la justice, lesquels ont permis de suivre près de 1200 personnes). M. Néji Baccouche, membre de la CNIMC, a indiqué que la commission dont l’activité est actuellement gelée en raison du décès de son président, M. Abdelfattah Amor, alors que le décret- loi N° 120 daté de 2011, portant création de l’instance nationale de lutte contre la corruption, n’est pas encore, entré en vigueur ce qui empêche d’ouvrir, jusqu’à présent, 6 mille dossiers de corruption.

WMC/TAP

Lire aussi :

TunisAir répond aux accusations de l’UGTT
Hamadi Jebali : La transparence, principale garantie pour la prévention de la corruption
Corruption: Le journaliste Rachid Jarray menacé de mort

Print Friendly