FIH 2018 : ” Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra ” mettent le feur sur la scène

Le rendez-vous tant attendu de la 54ème édition du festival international d’Hammamet a été hier soir avec l’iconique Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra ” qui ont répondu à l’appel d’un public présent en masse pour les applaudir sur la scène du théâtre plein-air de la ville. Près d’1h30 de musique rythmée et de sonorités puissantes ont fait vibrer la foule sans arrêt…

22h10, les mélomanes s’impatientent de voir leur idole apparaitre sur scène. Les huit membres du ” No Smoking Orchestra ” ont déboulé, avec, à leur tête, le virtuose Kusturica. Artiste à multiples vocations, sa présence a directement mis le feu au théâtre sur fond de musique Jazzy et rock’n roll particulièrement bien rythmée. L’énergie dégoulinante de la scène a été aussitôt transmise aux fans présents.

La musique émise par ses bêtes de scène est mexicaine. Le groupe venu tout droit de Belgrade a présenté son tout nouvel album intitulé ” Corps diplomatiques ” au public tunisien. Un album qui ne manque pas de panache et qui est sorti 18 ans après ” Unza Unza Time ” paru en 2000.

Les ” No Smoking Orchestra ” étaient fidèles à leur style musical aux références cinématographiques distinguées et qui correspondent aussi à l’œuvre de celui qui leur sert de leader : Kusturica, le franco-serbe doublement primé à Cannes en tant que réalisateur, s’est joint à eux et leur sert de mentor, de chanteur et de guitariste. La troupe s’est enrichie grâce au talent de l’artiste et son aura unique sur scène. Leur répertoire musical balkanique est hyper festif, conçu pour danser et faire la fête pendant des heures.

Emir Kusturica profite de chaque battement pour se joindre à l’orchestre et chanter la vie. L’artiste le fait d’une manière engagée et par amour pour cette univers musical hors pair.

Une passion sans égale ressentie pendant leur show et un hymne aux Balkans ravivé par son maniement pointu du saxophone et du violon. L’interaction avec le public était aux rendez-vous, en français en anglais et en serbe. Comme si la scène ne leur suffisait pas, un petit tour parmi les spectateurs a ravi les fans surexcités. Ponctué par des blagues Kustarikienne et des sonorités familières comme celle du générique cultissime de la Panthère Rose, diverses chansons extraites de ” Corps diplomatique ” ont finalement conquis les spectateurs.

Pour ce soir 22 juillet 2018, place aux sonorités orientales avec Jahida Wehbe, accompagnée de la troupe nationale de musique dirigée par Mohamed Lassoued qui seront présents pour le plus grand bonheur des férus du festival. Jahida est une chanteuse de talent et maitrise parfaitement le Oud. Elle s’est imposée dans l’univers musical grâce à ses textes poétiques.

Artiste à vocations multiples, elle a été également actrice de théâtre et s’est durablement formée au conservatoire libanais de musique : son répertoire est composé entre autres, de chant oriental, syriaque et lyrique et est adepte de chant soufi.