Un spectacle aux couleurs du Maghreb arabe à l’ouverture du Festival international de la musique andalouse de Monastir

Trois artistes d’Algérie, du Maroc et de Tunisie ont donné, jeudi soir, un spectacle maghrébin au Palais du Marbre, appelé Musée du Leader Habib Bourguiba à Skanes, à Monastir, en guise d’ouverture de la 5ème édition du Festival international de la musique andalouse, organisée du 18 au 20 mai 2017.

Les chanteurs Mohamed Cherif Saoudi d’Algérie, Brahim Cherif Wazani du Maroc et Mohamed Frih de Tunisie ont animé la soirée d’ouverture inaugurale du festival organisé par l’association “jeune troupe de la musique arabe de Monastir” et la délégation régionale des affaires culturelles

Un cocktail de sonorités algériennes, marocaines et tunisiennes a été interprété lors de ce concert commun qui a débuté par des partitions de musique andalouse. Le trio d’artistes a enchaîné avec des morceaux du maqam Nahawand, Hijaz pour finir le spectacle avec “Al-Fiyachiya”, une poésie chantée, en dialecte local, très répandu en Algérie et au Maroc.

Mahmoud Frih président de l’association “jeune troupe de la musique arabe de Monastir”, a souligné que le but de ce festival est d’œuvrer à apporter une touche d’innovation à leur musique et programmation. Mohamed Cherif Saoud, membre de la troupe de l’association de musique andalouse “Dar El Gharnatia” en Algérie, a parlé d’un spectacle réussi, tout en exprimant son admiration pour le choix porté sur le palais du marbre pour abriter cet événement, pour la première fois. Pour sa part Brahim Wazani, membre de la troupe de “Dar El Ala” de l’association des amateurs de musique andalouse au Maroc a évoqué l’harmonie dans l’interprétation du trio maghrébin estimant que la troupe maghrébine “constitue un ensemble musical qui tend à promouvoir ce patrimoine musical andalou”.

Parlant du choix du Palais du Marbre, le délégué régional aux Affaires culturelles à Monastir, Mehdi Maatallah, a souligné que le but est de ” valoriser le musé du leader Bourguiba à travers l’organisation de ce festival dans ses locaux”, tout en promettant une prochaine édition “ouverte davantage sur la région méditerranéenne”. C’est pour la première fois depuis 1987 qu’un événement culturel et artistique est organisé au Palais du Marbre, un lieu de mémoire qui servait de résidence estivale pour le leader Bourguiba à l’époque au pouvoir.

Ayant assisté à la soirée d’ouverture du festival, Mohamed Zine Abidine, ministre des Affaires culturelles, avait auparavant pris connaissance d’une exposition documentaire intitulée “Création et distinction”. Il a réaffirmé le soutien de son département aux festivals spécialisés et à toute action culturelle édifiante et qui relie le passé au présent pour une meilleure valorisation du patrimoine national. Le ministre s’est félicité des efforts de l’association “jeune troupe de la musique arabe de Monastir” en vue de préserver le patrimoine musical andalou en Tunisie et dans les pays maghrébins.

Un hommage a été rendu à un grand nombre d’hommes de culture pour leur apport dans la scène culturelle et leur soutien à l’association “jeune troupe de la musique arabe de Monastir”. Un hommage posthume a été rendu à feu Mohamed Tahar Fergani, cheikh du Malouf algérien. Emu par cet hommage rendu à son père décédé en 2006, son fils Mourad Fergani a dit, “mon père aimait la Tunisie où il avait l’habitude de se produire dans des festivals internationaux comme celui de Carthage et de Monastir ainsi qu’au festival de la musique Malouf à Testour (Béjà)”. Une grande amitié existait entre Cheikh Fergani et feu Tahar Gharsa, a rappelé son gendre, également artiste, évoquant “l’importance du festival international de musique andalouse qui a réussi à rassembler les trois pays magrébins”.

Le programme du festival se poursuit, vendredi soir, à 19H00 avec un spectacle en deux parties de la troupe “Dar El Ala” du Maroc sous la conduite de Brahim Cherif Wazani et du chanteur marocain Fadhil Chouaib vainqueur de la compétition ‘Mounchid Charjah” qui se produira sous la conduite de Narjess Sassi. La clôture prévue samedi, à partir de 19H00, sera marquée par un spectacle en deux parties de l’association “jeune troupe de la musique arabe de Monastir” conduite par Sahbi Farih et de l’association de musique andalouse “Dar El Gharnatia” d’Algérie sous la houlette de Mohamed Cherif Saoud avec la participation de la jeune artiste algérienne en herbe, Naouel Illoul.

Le Festival international de la musique andalouse de Monastir est créé en 2013. En vertu d’un jumelage, les trois associations, algérienne, tunisienne et marocaine participantes organisent des manifestations culturelles, en alternance, dans leurs pays respectifs.

Print Friendly