École internationale de Tunis: Fils d’une “colonel”, il peut insulter son professeur sans être renvoyé

L’abus de pouvoir, on en voit partout et on en souffre en silence face au laxisme des pouvoirs publics lesquels cèdent à tous les coups.

Impuissance et faiblesse dans la gestion de crises d’envergure économiques sans égales à Kamour et à Kerkenna, nous l’avons compris l’Etat veut se préserver et tout est infiltré!

Mais le pire est quand le népotisme touche nos institutions scolaires et quand une “Colonel” fait preuve de pression insupportable pour imposer le retour de son fils élève à l’Ecole Internationale de Tunis. Une École dédiée aux enfants des diplomates et aux tunisiens fils d’expatriés qui ont suivi leurs études à l’étranger et sont rentrés pour s’établir de nouveau dans leur pays.

IL a fait preuve d’une insolence et de grossièreté sans égales envers son professeur.

Un premier conseil de discipline statue pour son renvoi définitif mais loin s’en faut pour la maman forte de ses gallons à la Douane tunisienne et impose un deuxième Conseil de discipline qui réaffirme la décision du premier.

Ne lâchant pas prise, la maman fait actionner la machine à relation et son réseau et ré-intègre son fils à l’Ecole au forceps!

Résultat, les enseignants humiliés et brimés ont entamé une grève depuis lundi dernier.

Les autres élèves, en plein examen, sont privés de cours et l’élève renvoyé pour faute grave a imposé sa loi, celle du népotisme au détriment des intérêts des autres.

Les enfants des diplomates qui suivent leurs études à l’EIT pourraient raconter à leurs parents le miracle démocratique tunisien. Celui où une “Colonel” met aux “arrêts” une école parce que son fils impoli et insolent a agressé son professeur.

A vos ordres mon “Colonel” et vive la révolution des anti-démocrates démagogues structurels !

Notre pays souffre du syndrome aigüe de l’absence de valeurs et de morale!

A.B.A

Print Friendly