Des députés présentent un projet de motion pour rétablir les relations diplomatiques avec la Syrie

Des membres de blocs parlementaires ont présenté, jeudi, un projet de motion pour le rétablissement des relations diplomatiques avec la Syrie.

Dans une déclaration à l’Agence TAP, le député Sahbi Ben Frej (bloc Al-Horra de Machrou Tounes) a indiqué que cette motion, signée par quatre présidents de groupes parlementaires (Al-Horra, le Front populaire, l’Union patriotique libre et Afek) a été proposée à l’initiative des députés qui s’étaient rendus récemment en Syrie dans le cadre des efforts visant à rétablir les relations diplomatiques entre les deux pays.

Après son examen par les présidents des blocs parlementaires, le projet sera envoyé en plénière et deviendra, ainsi, une requête émanant du parlement et par le biais de laquelle, le président de la République sera invité à prendre les mesures nécessaires dans le cadre de ses prérogatives, conformément à l’article 77 de la Constitution, a-t-il expliqué.

Le parlementaire a tenu à préciser que la motion a pour objectif aussi de réaffirmer l’attachement de la Tunisie à l’unité du Maghreb comme étant un pas vers la réalisation de l’unité arabe et que la décision finale revient au président de la République qui est le garant des intérêts de l’Etat à l’étranger.

Il a ajouté que cette motion s’est basée sur les promesses électorales du président de la République qui s’est engagé à rétablir les relations tuniso-syriennes, ainsi que sur l’appartenance de la Tunisie à la Ligue arabe.

Le 4 avril courant, Caid Essebsi avait eu une rencontre, au Palais de Carthage, avec des représentants de la délégation parlementaire qui s’était rendue en Syrie en mars dernier pour s’enquérir des réseaux de voyage des jeunes tunisiens au zones de conflit en coordination avec la commission parlementaire créée à cet effet et rétablir les relations entre les deux pays.

La délégation se compose de Mbarka Aouania, Mongi Rahoui, Abdelaziz Kotti, Khemaies Ksila, Issam Mattoussi, Sahbi Ben Frej et Noureddine Mrabti.

Print Friendly